Sélectionner une page

Tribune. Le continent africain fait preuve d’un engouement inouï pour le bitcoin. Le Nigeria totalise à lui seul 8 % des transactions mondiales. Ce nouveau moyen de paiement gagne également du terrain dans d’autres pays, comme l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Kenya et le Soudan. Son adoption résulte de choix individuels qui préoccupent les autorités monétaires africaines. Faut-il s’en réjouir ou s’en inquiéter ?

L’Union africaine s’est engagée sur un projet d’intégration monétaire à l’échelle du continent à l’horizon 2063. Les enjeux liés à l’utilisation d’une monnaie commune au sein d’un continent sur lequel circulent pas moins de quarante devises officielles sont bien réels. Les flux marchands entre pays sont entravés par l’aléa des variations de change et les coûts de conversion. L’intégration monétaire africaine permettrait de faciliter les échanges commerciaux, comme l’euro facilite les échanges au sein de la zone euro, et ainsi concourir au développement économique du continent.

Lire aussi  En Afrique de l’Ouest, un projet risqué de monnaie commune

Les enjeux de l’adoption d’une devise commune sont également politiques. La constitution d’une union monétaire requiert la stabilité politique des Etats membres. Il en est ainsi des statuts actuels de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) qui prévoit la supervision des échéances électorales des Etats membres, quitte à recourir à une intervention militaire en cas de conflit postélectoral, comme ce fut le cas en Gambie en janvier 2017 avec l’opération Restore Democracy.

Inflation à deux ou trois chiffres

L’agenda de l’intégration continentale est jalonné d’étapes intermédiaires régionales. Comme l’adoption d’une monnaie commune à la zone franc CFA d’Afrique de l’Ouest et à des pays limitrophes, dont le Ghana et le Nigeria, sur lequel travaille actuellement la commission de la Cédéao dans son projet de fusion de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et de la zone monétaire d’Afrique de l’Ouest (ZMAO).

Abonnez-vous à notre Newsletter

Abonnez-vous à notre Newsletter

Ne rater plus les nouvelles des cryptomonnaies et de dacmi

Félicitation, vous êtes maintenant abonné